Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/11/2007

The Splat Pack

8c4737f28192ed462440f3ab5c75a96d.jpg

Cette semaine le sondage Cinegore vous demande de choisir le réalisateur de films d’horreur actuel que vous préférez. Parmi ceux cités nombreux sont ceux qui font partie de la nouvelle vague des années 2000 appelée The Splat Pack.

Ce terme, choisi en référence au célèbre Rat Pack des années 50 (la bande des copains Dean Martin, Frank Sinatra ou encore Sammy Davis Jr.), désigne ces jeunes réalisateurs actuels qui cartonnent au box-office américain et qui sont à la base du renouveau du film d’horreur.

Un article paru dans le Time du 22 octobre 2006 signé Rebecca Winters Keegan lance pour la première fois cette appellation d’origine contrôlée pour désigner ainsi ces petits génies que sont Alexandre Aja, Darren Lynn Bousman, James Wan, Neil Marshall, Rob Zombie et autres adeptes du genre.

Leur point commun ? L’utilisation de l’ultra réalisme dans leur film afin d’exacerber encore plus la violence, le sadisme et l’agressivité dont a besoin une partie de la société actuelle.

Pour comprendre cela il faut remonter presque trente ans en arrière, dans les années 70, quand le cinéma d’horreur était alors une réaction violente face aux bouleversements politiques et sociaux des Etats-Unis. Le pays est en guerre (Vietnam) et connaît les effets sociologiques de l’après Woodstock. Afin de donner la possibilité aux américains de crier leur révolte on leur donne en pâture du film d’horreur hautement subversif voire extrêmement dérangeant comme Chainsaw, La dernière Maison sur la gauche ou encore L’Ultimo treno della note.

Les années 80 et 90 signent alors une très longue parenthèse dans le cinéma d’horreur avec des films plus conventionnels et donc moins contestataires. L’humour et la caricature n’hésitent pas à prendre le dessus sur le craspeque et le gore au grand détriment du frisson garanti. Pour les aficionados ce sera la disette avec des films hautement soporifiques comme « Souviens-toi l’été dernier », les « Scream » et autres « Urban Legend ».

Heureusement, après cette longue traversée du désert, la tendance s'inverse avec l'arrivée des productions asiatiques comme The Ring et Dark Water qui nous abreuvent d'horreur début des années 2000.

Et puis survient SAW en 2004 et avec lui la nouvelle conception du film d’horreur vue par James Wan.

La porte est désormais ouverte et s’engouffre alors une série de jeunes réalisateurs biberonnés aux films cultes des années 70 apportant leur propre touche, souvent géniale. Comme il y a trente ans, les Etats-Unis connaissent à nouveaux la guerre (Irak) et un certain conservatisme qui confèrent inévitablement un renouveau du film de genre.

Combien de temps cela durera ? Difficile à dire car déjà on aperçoit un léger essoufflement des films de torture (Captivity) mais quoiqu’il en soit cette période faste du nouveau millénaire marquera déjà l’histoire du cinéma d’horreur et ce à notre plus grand  plaisir. Gageons et espérons qu’il en sera encore ainsi de nombreuses années encore…

Si vous souhaitez lire l'interview du Time : Splat Pack.pdf.