Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/05/2007

Le Top 5 du Loup Garou

Pour terminer ce dossier Loup Garou de la semaine, Cinegore vous présente son Top 5 des films traitant du monstre. Une liste chronologique qui est loin d’être exhaustive mais qui rend hommage à ces cinq films qui ont marqué l’histoire du cinéma d’épouvante.

bf48a1d76acb8b286c48cf869c85ed1e.jpgThe Wolf Man (1941) de George Waggner avec Claude Reins. L'atmosphère onirique et les décors sophistiqués, associés à une musique lancinante, font de ce Loup Garou un chef-d'oeuvre du genre qui reste une référence dans l'histoire du cinéma.

 
 

6cbb2508b482ecf08457f8bda9e66f65.jpgHurlements (The Howling), 1981 de Joe Dante avec Dee Wallace. Ce film a plutôt mal vieilli mais reste un incontournable en raison des scènes très bien réussies de transformation qui devaient inspirer Le Loup Garou de Londres. En cadeau voici la scène de la transformation...


 

81d98279246e7d99a22356ef207b817e.jpgAn American Werewolf in London (Le Loup Garou de Londres), 1981 de John Landis avec notamment Griffin Dunne. Les techniques cinématographiques de plus en plus performantes permettent d’offrir au spectateur la première métamorphose complète d’un personnage en Loup Garou. Alliant humour et effets spéciaux saisissants, John Landis nous offre ce qui reste encore à ce jour un must du genre.



cd77d2ea526f2ce9ff04f27f7e9ec23d.jpg

 Ginger Snaps de John Fawcett. En 2000, sortait dans les salles ce film étrange avec Emily Perkins à l’affiche. Etrange car celui-ci débute comme un éternel film d’ados mais prend une tournure inquiétante au fil des minutes. La transformation est ici très lente, prend le temps du film comme pour alourdir encore plus une atmosphère déjà très tendue. Quelques scènes gore au tableau…
 

 

 

6278484f23ae4fa85c5c0e5d267eaafc.jpg

Dog Soldiers (2001) du génialissime Neil Marshall Dont la critique se trouve déjà sur Cinegore (voir critiques). Certainement le film de Loups Garous le mieux réussi de nos jours mais aussi le plus angoissant et le plus gore. Un chef d’œuvre absolu !

 

 

24/05/2007

Dossier Loup Garou

Aujourd’hui mi-homme, mi-bête 

ee6fdade64d9f819bfa7b83a6b3b10bd.jpgSelon la légende, lors des nuits de pleine Lune, l’humain loup-garou, se transforme en un loup énorme avec des sens surdéveloppés et acquiert les caractères attribués à cet animal : puissance musculaire, agilité, ruse et férocité. Il chasse et attaque sans merci ses victimes pour les dévorer, ne contrôlant plus ses faits et gestes, et pouvant tuer de nombreuses victimes en une seule nuit. Les gens se sont mis à chasser les loups, s’en protégeant avec de l’eau bénite et les tuant avec une balle en argent. 

Selon ces mêmes légendes, les loups-garous souffrent de la même répulsion que les vampires pour les choses sacrées et étaient, de même, considérés comme créatures du Diable. Ils se répandaient par morsures, et la malédiction commençait dès la première pleine lune après morsure, et revenait à chaque pleine lune, sans que la victime ne puisse faire autre chose que subir sa malédiction ou mourir.

De même, selon la légende, les humains loup-garous pouvaient conserver quelques caractéristiques, telles une modification de leur voix et de leurs yeux, des sourcils se rejoignant au-dessus du nez, des ongles légèrement rougeâtres, le majeur un peu plus long, les oreilles implantées un peu plus bas et en arrière de la tête, et de façon générale un peu plus de poils sur les mains, les pieds et dans le dos.

Le loup-garou peut donc être un homme vivant métamorphosé, mais il peut aussi être un corps qui sort de la tombe sous la forme d'un loup, variété connue sous le nom de loup-garou fantôme. On croyait par là que le corps métamorphosé était celui d'une âme damnée qui ne trouvait pas le repos dans sa tombe.

- Le Lycanthrope ne se transformant qu’à la pleine lune, il suffit de l’enfermer durant cette période dans une cage ou une cellule solidement fermée et cadenassée.
- Une fois la transformation effectuée, le lycanthrope voit ses forces décuplées, la seule arme efficace pour le tuer est un pistolet ou mieux un fusil à balles d’argent, si possible bénites.

- L’exorcisme reste une autre façon de chasser l’esprit démoniaque qui a pris possession du corps du malheureux maudit et ainsi peut-être de sauver sa vie.
 
Pour survivre à coup sûr, il faut le toucher en plein cœur et la balle doit y rester. Si vous pouvez y parvenir avec une lance ou un pieu (il faut transpercer son cœur), il faut que la lame soit entièrement en argent et bénie au nom du saint des chasseurs. Pour le garder sans danger, il faut une cage en argent (bénie elle aussi). L’argent béni lui provoque des brûlures qu’il déteste et qu’il ne supporte pas; il ne touchera pas les barreaux de sa cage bien longtemps, si elle lui résiste, il devient plus furieux, ce qui lui donne encore plus de force…

 4ea698602af5c9996a92e986266ce7c5.jpg54b7fa5b1a91d7f5769507afb7639560.jpgd68915aa0fa14b8420c77b65fd5a31fd.jpg

 

23/05/2007

Dossier Loup Garou

Cette semaine Cinegore présente un dossier consacré à la créature qui inspira bon nombre de réalisateurs et qui reste encore à ce jour terriblement attrayante j’ai parlé du Loup Garou. Son cri déchirant une nuit de pleine lune, sa cruelle et douloureuse transformation physique et ses yeux sans fonds nous remplissent d’un effroi atavique qui remonte à cette époque pas si éloignée où les anciens vivaient parmi les loups.

887e51f894298eb64241ec6d14437e6c.jpgAujourd’hui l’histoire du mythe

C’est essentiellement à partir du XVe siècle, que le mythe du loup garou se transforma en superstition religieuse. On fit état de philtres et d’onguents magiques ainsi que de pactes avec le Diable. La rigueur des hivers à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, la crainte du loup, encore très présent dans les forêts d’Europe au XVe et au XVIe siècle, peuvent expliquer l’épidémie  de loups-garous qui se produit à cette époque.

Au XVIe siècle, une véritable psychose règne dans les campagnes. Plus de 30 000 procès sont organisés et de nombreuses personnes sont ainsi exécutées car accusées de se transformer en loup. Mais, dans la plupart de ces procès, il y a effectivement des meurtres à caractère cannibale de commis. A l’époque, nul ne doute de l’existence des loups-garous dans lesquels on voit la manifestation du diable.

 L’un des plus célèbres procès se déroule en Franche-Comté en 1574. On y juge Gilles Garnier, accusé d’avoir tué plusieurs personnes, dont des enfants, et de les avoir dévorées après s’être transformé en loup. Le Loup garou attaque, fin septembre, au lieu-dit des gorges entre Amange et Châtenois une fillette d'une dizaine d'années et après "l'avoir occise tant avec ses mains et dents... l'avoir dépoillée et mangé portion de la chair de ses cuysses et bras et non content en avoir porté portion à sa femme". Quelques deux mois plus tard, c'est le bois de la Ruppe, entre Authume et Châtenois, qui sera le décor de l'enlèvement d'une nouvelle fillette "qu'il étrangla et meurtri de cinq playes avec ses mains en intention de la manger". A peine quelques jours s'écoulent et ce qui sera son dernier délit concerne "un enfant masle de dix ans entre Gredisans et Menotey en une vigne et avoir mangé de la chair des cuysses, des jambes et ventre". La fréquence des délits s'accélère, le périmètre d'intervention se réduit. Sans nul doute, le Loup-garou est là, proche des villages, dans la forêt de la Serre. Très vite les soupçons se portent sur Gilles Garnier qui vit là, avec sa famille, à l'ermitage Saint-Bonnot distant d'à peine quelques centaines de mètres du village d'Amange. L’endroit est très isolé et sans doute que la famille survit grâce au braconnage et au bûcheronnage. Les suspicions sont trop fortes. Sans qu'il fût surpris, en flagrant délit, Gilles Garnier est arrêté fin décembre dans sa vieille maison et conduit à Dole où, s'il est reconnu coupable, il sera jugé. Gilles Garnier avouera rapidement tous les faits, même des délits antérieurs et similaires, notamment le jour de la Saint Barthélemy, un vendredi ! La cour souveraine de Dole rendit son verdict le 18 janvier 1574 "l'an mil cinq cent soixante quatorze. « En cause de messire Héry Camus, docteur en doit, conseiller du Roi notre Sire, en sa cour souveraine du parlement de Dole, et son Procureur général demandeur en matière d'homicide sur les personnes de plusieurs enfants, dévorement de leur chair sous forme de Loup-garou et autres crimes et délits, d'une part. Et d'autre part, Gilles Garnier, défendeur, natif de Lyon, détenu prisonnier en la conciergerie de Dole; Ledit défendeur étant ermite près d'Amange, et n'avant pas de quoi sustenter sa famille, tomba en sorcellerie. Ainsi, étant en forme de Loup garou, ledit défendeur Gilles Garnier prit de nombreux enfants d'environ six à douze ans et les tua et occis tant avec ses mains semblant pattes qu'avec ses dents. La cour condamne Gilles Garnier, par arrêt, à être aujourd'hui conduit et traîné à l'envers sur une claie par le Maître exécuteur de la haute justice, depuis la conciergerie jusqu'au tertre de ce lieu, et y être brûlé tout vif, et son corps réduit en cendres, le condamnant en outre aux dépens et frais de justice. Donné et prononcé judiciairement à Dole en ladite Cour, le dix-huitième jour du mois de janvier l'an mil cinq cent soixante quatorze".

Toujours au XVIe siècle,quelques années plus tard, dans une autre localité, des paysans découvrirent le corps sanglant et horriblement mutilé d'un jeune garçon de quinze ans. Deux loups, qui s'acharnaient sur le cadavre, s'enfuirent dans les taillis quand les hommes s'approchèrent. En poursuivant les bêtes sauvages, ils tombèrent sur un homme à demi nu accroupi dans les buissons.

La créature avait un aspect bestial avec sa barbe, ses cheveux longs et ses ongles immenses auxquels étaient encore accrochés des lambeaux de chair sanguinolents. L'homme s'appelait Jacques Rollet. C'était un simple d'esprit un peu cannibale : il était en train de déchiqueter le corps du jeune garçon. Il est certain que Rollet se prenait pour un loup et que, sous l'emprise de cette folie, il avait tué et dévoré plusieurs personnes. Il fut condamné à mort.

Enfin, lors du XXe siècle, plusieurs affaires ont été liées au mythe du loup-garou : l’affaire de la « bête de Sarlat », en Dordogne, jamais élucidée ; l’affaire de la « bête de Senonges » dans les Vosges qui en 1994 égorgea plus de 80 animaux ; l’affaire de la « bête du Valais », en Suisse, jamais élucidée ; l’affaire de la « bête de Noth », en Suisse, jamais élucidée ; en 1925, la population d'Uttenheim (bas Rhin) soutint un garde champêtre, accusé d'avoir tué un enfant qui s'était transformé en loup garou !!
Un cantonnier de Saint André de Briouze, se constitua prisonnier en 1948, après avoir tué un sorcier jeteur de sorts et loup garou. Très récemment, le journal Courrier international du 6 novembre 2003 - n° 679, rapporte ces témoignages insolites tenus devant le tribunal criminel de Lausanne (Suisse) où un homme est poursuivi pour avoir massacré son épouse à coups de couteau : « J’ai vu ses canines pousser. Elles dégageaient une odeur étrange. Comme celle d’un loup-garou ». L’accusé a conservé « un contact avec la réalité », indiqua de son côté l’expert psychiatrique.