Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/11/2007

Halloween IV: le retour de Michael Myers.

4d813b851d98e14cffddcc8b706e5627.jpg
d16d8471a47da4db262cac0cf1237d30.jpg

Mike Myers, 10 ans après. Le retour ? Ben oui puisque dans Halloween III n’apparaissait pas le tueur aux couteaux de boucher.

Mais comment allait-on ressusciter un croquemitaine explosé aux cas coins d’une salle d’opération ainsi que son médecin ? En ne se posant même pas la question pardi. Le Dr Loomis a le visage à moitié brûlé et porte des gants noirs en permanence quant à Myers comme il est de toute façon en bleu de travail à longueur de journée quelques brûlures sur les mains suffiront pour attester de ses blessures. C’est simple et ça passe ! Rambo l’avait déjà testé en son temps.

Nous voici donc à la fin des années 80 dans les couleurs pastelles, les coupes Mulet, les jeans moulants et le physique à la Patrick Swayze.

Comme d’hab’ Myers s’enfuit du service pénitentiaire hospitalier et apprend des médecins qu’il a une nièce, fille de la regrettée Laurie Strode. De ce qu’est devenue celle-ci  on ne sait rien. Mais sa fille Jamie Lloyd, sous les traits de Danielle Harris, est adorable et déjà on craint pour sa vie. Victime de cauchemars elle perçoit une menace constante. Lors d’un de ceux-ci on a droit à cette scène où elle est attirée en dessous de son lit et qui sera reprise de façon hilarante dans l’exécrable Scary Movie.

7e4edfe51d5a0542613aa7ebedea9ad5.jpg

Les meurtres commencent et s’accumulent tout le long du voyage de Myers entreprit pour retrouver sa nièce. Mais malheureusement les scènes sont pudiques, à peine montrées et se succèdent sans émotion.

Pendant ce temps, à Haddonfield (mais comme c’est malin de cacher la petite dans le même village natal de Myers) le fête d’Halloween se déroule tranquillement.  Jamie, dans un beau clin d’œil à l’œuvre phare se costume en clown et arpente les rues de la ville au bras de sa sœur adoptive. Mais celle-ci n’a en tête que son très hormoné boy-friend qui lui préfère culbuter la fille du sheriff plutôt que le baby-sitting de la nièce. Vous suivez ? Cela nous donne à nouveau à quelques scènes de pelotage mais au grand désespoir de la cause masculine celles-ci sont chastes, pudiquement correctes passant le premier opus de1978 comme le dernier Joe D’Amato.

Dwight H. Little profite astucieusement du scénario pour nous égratigner la jeunesse décadente et hautaine des années 80 tout comme les rednecks militaristes de la ville qui, alertés de l‘évasion, sont décidés à tuer le Myers. Le problème c’est qu’ils descendent un pauvre quidam qui n’avait rien demandé.

Bref une tension rondement menée à travers une chasse à l’homme de masse. Les réfugiés, dont Jamie, se réfugient dans la maison du sheriff, seul endroit censé être protégé du carnage du boogeyman. Vous vous en doutez il n’en est rien et l’homme au masque de mort s’en donne à cœur joie doté pour le coup d’une force surhumaine.

d0923c413695965de34a63b46c212ddb.jpg

Certaines scènes sont originales. Celle des jeunes déguisés en Myers donnant la confusion, la course poursuite sur le toit de la maison ou encore la scène finale qui va désarçonner plus d’un aficionado du mythe.

Halloween 4 n’est certainement pas la daube annoncée et ne mérite pas certaines critiques assassines. Si la résurrection de Myers peut faire sourire, le film dans son ensemble tient bien la route. Fini le cadrage génial et esthétique des deux premiers, finie la surprise lors des apparitions du monstre mais bonjour à la belle tension générale, aux scènes originales de poursuite et surtout, surtout à Danielle Harris époustouflante dans un rôle difficile. Elle est tout simplement convaincante ! Et puis quel régal de réentendre à nouveau la musique mythique de Carpenter…

Ma note: 8/10 

00:05 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : halloween 4, gore, horreur