Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/11/2007

Halloween: ma critique

2294e2c21f59efa5edc967ba7a933784.jpg

Voilà c’est fait ! Enfin, j’ai eu la possibilité d’aller voir le Halloween de Rob Zombie et mon attente hystérique en valait franchement la peine autant vous le dire de suite. Dieu sait ce que j’en ai entendu de toutes les couleurs concernant ce remake de notre ami Zombie et il était donc temps de me faire ma propre opinion fort proche d’ailleurs de mon camarade du web Allan.

Je ne vous ferai pas l’affront de vous refaire le spitch de l’œuvre mythique de Carpenter. Le prequel du film étant totalement crédité Rob Zombie on y retrouve ici la griffe du désormais maître du genre. On apprend ainsi que Mike Myers était un enfant psychopathe fasciné par la mort et expérimentant déjà son coup de bistouri sur de pauvres animaux. Le jeune Michael, interprété magistralement par un Daeg Faerch inconnu, ne connaît pas la vie bourgeoise de ses voisins mais plutôt les moqueries de ses camarades d’école et de sa propre famille. Sa mère courageuse (délicieuse Sheri Moon) est stripteaseuse notoire permettant ainsi de subvenir aux besoins de sa petite progéniture (trois enfants) et d’un compagnon alcoolique et violent. Terreau propice pour alimenter la maladie mentale du gosse qui n’en demande pas mieux pour assouvir ses pulsions la nuit d’Halloween. Commence alors une série impressionnante de meurtres sadiques, violents comme seul Robbie arrive à nous offrir ces dernières années. Baston à la batte de base-ball et poignardant à tout va notre jeune psychopathe ne s’interdit rien et dans une superbe mise en scène s’offre une soirée démoniaque, appréciant observer la mise à mort de sa famille sauvegardant à la fin Laurie Strode bébé. Les tentatives désespérées de fuite de ses victimes semblent exacerber l’envie de sang et de meurtre de l’enfant qui s’amuse dans un jeu du chat et de la souris dérangeant et affreusement cruel le tout masqué comme il se doit.

Emprisonné à Smith’s Grove, Michael Myers est suivi par un célèbre psychopathe et oui… le Dr Loomis interprété par un Malcolm MacDowell ressuscité.

Son évasion, 15 ans plus tard, est à l’image de cette première partie de film c’est-à-dire impressionnante et violente mais cette fois-ci orchestrée par un Myers surpuissant et gigantesque à l’image d’un Michael Clarke Duncan dans la Ligne Verte.

Commence ensuite véritablement le remake où on sent notre Rob Zombie étrangement cadenassé entre un scénario qui n’est pas de lui et la volonté de rendre hommage à un autre maître du genre. C’est ici que la plupart des critiques fusillaient l’œuvre de 2007 et très franchement je m’en étonne encore… Oui on y perd la folie créatrice de Zombie, son goût de la mise en scène délicieusement lourdingue et innovante, mais on assiste quand même à une interprétation personnelle de l’œuvre et donc à un Halloween craspeque, ultra gore aux lumières et cadrages savamment étudiés et à une mise en scène digne de l’originel. Ce Myers ne possède plus cette démarche robotique agaçante mais plutôt une agilité et une force hors du commun. Son masque a lui aussi évolué mais en plus terrifiant encore.

La course poursuite avec Laurie enfin retrouvée ne diffère pas beaucoup de ce qui est déjà fait dans les films de ces dernières années mais il y a cette patte magique de Rob Zombie qui rend tout cela indéniablement génial et beau visuellement.

On pourrait en parler pendant des heures de cette œuvre, disséquer des séquences entières, comparer à l’infini les deux œuvres mais il ne fait aucun doute que nous avons avec ce Halloween 2007 un nouveau chef d’œuvre de Rob Zombie. Que cela fait du bien d’avoir ENFIN un réalisateur de cette envergure pour les années 2000…

Ma note: 9/10 

11/11/2007

Halloween: 20 ans après!

4d813b851d98e14cffddcc8b706e5627.jpg
 
b589779440731266ca9973a6ab2bcb9b.gif

 
Halloween 20 ans après ! Autant  dire que Steve Miner (Lake Placid, Warlock) fait fi de ce qui a été tourné depuis le Halloween 3. Logique puisque le coup de force de la production (Moustapha Akkad) est d’être parvenu à convaincre Jamie Lee Curtis de rempiler pour un nouvel épisode de la saga. Autant le dire tout de suite c’est la seule réussite du film.

Vingt années sont passées donc et Laurie Strode, devenue entre-temps directrice d’un campus universitaire coule des jours paisibles depuis les massacres de Haddonfield. Laurie a un un compagnon, une sorte de George Clooney en moins bien, et un fils John interprété par le tout nouveau Josh Hartnett dans son premier rôle au cinéma. Celui-ci ressent à la veille d’Halloween de furieuses envies de faire les 400 coups au grand désespoir de sa mère pour qui la fête des morts reste une date anniversaire redoutée.

A juste titre puisque notre Michael Myers se fait la belle et tombe sur le dossier médical de Laurie Strode connaissent ainsi sa nouvelle fonction et adresse. Voici donc notre joyeux boogeyman s’invitant au campus pour faire la peau à quelques ados « screamesques ».

Laurie ne se doute de rien, embrumée qu’elle est dans les vapeurs d’alcool, mais ressent tout doucement la présence de son tueur de frère. Elle qui se faisait passer pour morte c’est plutôt raté ! Et ici plus de docteur Loomis pour l’aider. On remarquera d’ailleurs la drôle, furtive mais sympathique apparition de Janet Leigh donnant conseil à notre Laurie.

Et commence alors une longue série de « Bouh t’as peur !!! » et de reflets esthétiquement réussis de Myers dans les différents miroirs qu’il rencontre. Le massacre commence dans une scène de monte-charges plutôt réussie qui sera en fait la seule scène relativement flippante du film. L’autre scène intéressante est celle où Laurie Strode et Myers se regardent de chaque côté d’une vitre pour la première fois depuis vingt ans.

3afec6433d6ee8c00132c62d36d29ec0.jpg

Une nouvelle fois pas de gore, des clichés trop évidents, aucune inspiration innovante se basant trop facilement sur le déjà vécu de la saga. Cette œuvre fainéante n’arrive même pas à nous faire peur préférant jouer sur le suspens que sur l’horreur pure. On ne peut s’empêcher de crier au scandale et au gâchis avec une telle distribution et surtout pour le 20 ème anniversaire.

Seule la scène finale offre une issue originale et inédite nous posant même la question de savoir pourquoi elle ne fut d’ailleurs jamais exploitée.

Une déception donc pour ce septième épisode qui n’apporte rien et pour lequel le réalisateur ne s’est franchement pas beaucoup foulé. Dommage…

Ma note: 4/10 

23:10 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Halloween, gore, cinegore

06/11/2007

Halloween: la nuit des masques!

4d813b851d98e14cffddcc8b706e5627.jpg
d5c1fa33ef077a4a0c95597f87b6dae3.jpg

C’est ici que tout a commencé. En 1978, en pleine fête d’Halloween naquit le boogeyman le plus célèbre du cinéma d’horreur.

Haddonfield dans l’Illinois, 1963, un enfant prénommé Michael, affublé d’un masque et d’un costume de clown, assassine sa sœur de plusieurs coups de poignard pour des raisons inexplicables.

5501c78757a9648bbab6ebc4acbff355.jpg

Quinze années plus tard, celui-ci s’évade de l’établissement psychiatrique de haute sécurité de Smith’s Grove bien décidé à terminer son travail en assassinant sa deuxième sœur Laurie Strode. Son psychiatre attitré, le Docteur Loomis, s’inquiète au plus haut point de cette évasion. « Le Mal s’est enfuit » dira-t-il d’ailleurs, effrayé et fataliste.

Dans une mise en scène prodigieuse où chaque plan cadré est une merveille photographique. John Carpenter nous invite dans un crescendo diabolique, tendu et remarquablement orchestré. Le délicieux et coquin voyeurisme de Mike Myers (donnant droit à quelques plans fessiers de toute beauté) à travers les yeux d’un nouveau et énigmatique masque accentue cette tension et cette attente insoutenable du prochain slash fatal.

Le scénario est signé Carpenter lui-même avec la collaboration de Debra Hill, décédée en 2005, et qui allait également signer les scripts de The Fog et Escape from L. A. Quant à la musique elle est également signée Carpenter et tout comme celle de Jaws reste une des plus célèbre du cinéma de genre (vous pouvez l’écouter sur le blog).

Comme bon nombre de films d’horreur des années septante on condamne par le meurtre gratiné le sexe et la consommation de joints. Confer cette scène mythique du jeune couple partageant le joint après une scène de sexe vite expédiée et trucidé de façon très originale. En effet, qui ne se souvient pas de cette scène où Myers, déguisé comme un fantôme et plaçant les lunettes du pauvre garçon égorgé parti chercher boustifaille apparaît devant la petite amie croyant à une blague. La réponse sociale de Carpenter aux critiques qui jugeaient son film misogyne et sadique.

d556910eeeb902519e908e0bbf72b89c.jpg

Autre point fort scénaristique et visuel ce sont ces scènes de vis-à-vis entre la maison de Laurie et celle de sa copine toutes deux faisant du baby-sitting. Laurie, dans un suspens haletant, se doute au fil des heures que quelque chose se passe d’anormal au fil des heures chez sa voisine d’en face.

Myers fascine. Sa démarche est ridiculeusement lente (inspirée de celle de Yul Brynner dans Westworld), enfantine voire gourde et contraste avec le cynisme et l’efficacité de ses meurtres perpétrés froidement et sans pitié. Il n’hésite pas à scruter sa victime soulevée et poignardée sur le haut d’une porte dans un intérêt morbide. Mais pour tenter de tuer sa sœur, il fait preuve d’une naïveté et d’une maladresse forcément bienvenue. Jamie Lee Curtis, puisque c’est d’elle qu’il s’agit joue la Scream Queen à merveille : ses cris, son regard de bête traquée apportent la touche de réalisme et de crédibilité à l’œuvre. Combien de « Mais cours salope ! » furent lancés dans les salles obscures de l’époque.

« C’était le croquemitaine » dira-t-elle à un Docteur Loomis au regard halluciné et fou, remarquablement interprété par un Donald Pleasance habité par son personnage.

Deux ans avant Friday 13th et son Jason, le Halloween (initialement intitulé The Babysitter Murders) de Carpenter apporte au cinéma d’horreur une œuvre innovante. Le premier grand slasher contemporain qui, bientôt trente ans après, n’a pas pris une seule ride.

Ma note: 10/10 

05/11/2007

Replongeons-nous dans la Nuit des Masques!

3bb263987e1e74d0b294d5d8cd4274dd.jpg

Oh malheur ! Oh frustration ! Je n’ai pas encore eu le temps d’aller voir Halloween depuis sa sortie. Mais peut-être n’est-ce pas plus mal. C’est l’occasion avant d’aller le voir le week-end prochain de se replonger dans la saga Mike Myers avant le grand jour. Et pourquoi ne pas faire une semaine « Saga Mike Myers » histoire de se replonger dans cette série culte du cinéma d’horreur. Allez c’est parti !

31/10/2007

Halloween enfin en Belgique!

d6c69157fc25a4159c97b47ac717c046.jpg

Ca y est nous y sommes !! C’est aujourd’hui la sortie officielle du très attendu Halloween de Rob Zombie. Pour les français c’est chose faite depuis deux semaines et les premières critiques furent comme pour chaque grosse sortie assez diverses. Pour ma part il est impératif d’aller le voir d’ici ce week-end sous peine de péter les plombs. En pleine période d’Halloween ça le ferait non ? N’hésitez pas à laisser vos impressions, il est toujours très intéressant de connaître les opinions des autres…

En attendant un dossier plus complet sur la saga Halloween que je compte humblement vous proposer voici déjà quelques liens picorés sur le site de DVDRama ou encore Mad Movies bien utiles avant de se plonger dans l’œuvre zombiesque du maître…

Bon film !!

http://www.dvdrama.com/news-22160-la-saga-halloween-bas-l...

http://www.dvdrama.com/news-21947-dossier-les-origines-du...

http://www.dvdrama.com/news2.php?id=22306&page=4

http://www.mad-movies.com/mad/dossier-120-Les-deux-visage...

http://www.mad-movies.com/mad/actualite-82-Living-dead-ma...

  

00:05 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : halloween, gore, horreur

05/09/2007

Le succès Halloween!

78201373f2b3bda101ead6ce1516d086.jpg

Le 31 août sortait sur le continent américain LE film sensation de l’année 2007 : Halloween de Rob Zombie. Cinq jours après, un premier bilan est dressé par les critiques et les premiers chiffres du box office américain tombent déjà.

Les chiffres d’abord puisque Halloween caracole en tête avec 31 millions de $ rien que pour les quatre premiers jours de diffusion sur les écrans américains. C’est ni plus ni moins que la meilleur sortie officielle en quatre jours, reléguant d’autres films comme The Transporter 2 en deuxième position. Déjà le film s’inscrit comme une des meilleures recettes pour un film d’horreur depuis très longtemps (tous les temps ?).

Les critiques ensuite puisque celles-ci divergent énormément. Fortement descendu par certains critiques américains il est par contre fort apprécié par d’autres. Sans l’avoir vu évidement il est difficile de se faire une opinion. Quoiqu’il en soit si vous voulez lire les premières critiques francophones je vous invite à lire ces deux-ci. Elles représentent bien à elles seules les deux opinions majoritaires en ce moment.

 http://horreur-web.com/halloween2007.html

 

http://www.dvdrama.com/news.php?21861&page=1

00:05 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : halloween, gore, cinegore, horreur

03/08/2007

Halloween Spot TV

9c4e7ee54cff682d3ef82fd5f466de7d.jpg

A J-30 jours de la sortie officielle de Halloween version Rob Zombie voici le spot Tv officiel diffusé sur SpikeTV (en-dessous) et la toute dernière bande annonce qui pour le coup est franchement géniale et très, très alléchante (cliquez sur l'image).

00:05 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : horreur, gore, halloween, rob zombie

24/04/2007

Michael Myers par... Rob Zombie!

 

66b5adbe40a685996537d84e78a3d36a.jpgMichael Myers est de retour !!! Tout le monde se souvient de ce croquemitaine au masque effrayant avec son bleu de travail et sa démarche étrangement lente et zombiesque. Tellement lente d’ailleurs que la pauvre Jamie Lee Curtis courant à tout va et braillant à faire péter les tympans provoquait des « Mais cours connasse !! » dans les salles obscures en 1978. Depuis Myers est devenu à l’instar de Freddy Krueger, Jason ou encore Leatherface un personnage incontournable du cinéma du genre. Autre bonne nouvelle : le nom du réalisateur. En effet, c’est à Rob Zombie que revient l’honneur de ce remake et ça promet. Rob Zombie c’est le réalisateur génial de Devil’s Rejects dont la critique sera bientôt sur Cinegore. Malcolm Macdowell interprétera le Dr Loomis interprété en son temps par Donald Pleasance. Appétissant non? En attendant voici donc la bande annonce de Halloween version 2007.

Gore Sliclez 

 


 

07:05 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : horreur, zombie, myers, halloween