Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/04/2007

Pourquoi un film d'horreur?

Un film d’horreur c’est un peu comme les montagnes russes. En Hongrie, les montagnes russes ça fait un peu désordre depuis octobre 56 et les parcs d’attractions Disney à Uni Stl (petit village hongrois) sont plutôt rares. Les seules montagnes que nous connaissons sont celles d’origine volcanique du Nord. Dès leurs premiers soubresauts on pique des sprints mes gars et moi, la tronçonneuse bien au dessus de nos têtes, histoire de ne pas découper les oreilles du voisin. Vous situez ?

c7f96b24e34d95cedccdb91c4f602c7b.jpg

Enfin bref, peu importe. Donc ma première découverte des montagnes russes provient de Walibi en Belgique. Lors de mon bref passage à Ottignies pour une conférence sur la déforestation des forêts d’Europe je fus invité avec mon groupe (« Les bûcherons de l’Oural ») à passer un après-midi au parc d’attraction Walibi. Comme on ne savait pas quoi faire de nos tronçonneuses on a décidé de les emmener avec nous. Ben oui une tronçonneuse volée c’est un peu comme un bras en moins pour nous. Certains ont des bras en moins mais eux ils ne sont pas bûcherons, ils sont cons. Avec nos sacs on avait l’air de joueurs de bowling. Sauf que les joueurs de bowling ils n’ont pas de chemises à carreaux importées du Canada.

Nous avions du bon temps à Walibi jusqu’au moment où Abigél est parvenu à démarrer sa tronçonneuse en plein Sirocco. C’est une tronçonneuse avec démarrage automatique celle d’Abigél. Plus de peur que de mal. Mais en terme de frayeur son voisin de devant, un Belge, fut quitte pour le restant de sa vie. Il fallait voir la lame de la tronçonneuse passer une fois à gauche, une fois à droite de sa tête entourée d’un panache de fumée bleue. Ben oui bleue car l’huile s’était mélangée à l’essence avec les loopings. Le Belge il a fallu le sortir sur une civière. Pas parce qu’il lui manquait une oreille mais tout simplement parce qu’il était tétanisé par la peur. Une vraie planche de bois. Et on s’y connaît nous les bûcherons hongrois. On a bien rigolé ! Surtout dans les fausses grottes du challenge Tutankhamon où on s’amusait à faire vrombir nos tronços. De mémoire d’étudiant travaillant à Walibi l’attraction n’a jamais connu un tel succès. Ça criait de partout ! Super vraiment ! Nous sommes rentrés en car avec des baudruches de toutes sortes. Moins réussies que nos animaux empaillés (voir ma présentation). Enfin voilà. On rit, on pleure (pas toujours pour les mêmes raisons) et on a peur. Comme un bon film d’horreur…

Gore Sliclez après traduction de Andor Sarkozy