Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/12/2007

Quelques photos de Doomsday

d215efd407d7b8db226e99d913b1efc1.jpg

Mais que devient Neil Marshall? Pour en savoir plus je me suis rendu sur le site de son prochain film Doomsday et ô surprise quelques photos intéressantes du film et du montage sont en ligne. C'est encore long mais bon vivement un teaser très prochainement...

13/12/2007

Aliens vs Predator: Requiem

2819af16c2d009c71a8ef44e47ce90b9.jpg
Le premier volet de cette (sans doute) nouvelle saga extraterrestre était plutôt réussi offrant de jolis moments d’angoisse dans des décors dantesques. L’hommage aux deux E. T. les plus sanglants des années 80 semblait combler les fans des deux bébêtes. Le deuxième opus est déjà programmé pour 2008 et voici pour l’occasion les cinq premières minutes du film. Cliquez sur l’image.

12/12/2007

Masters of Horror: Family

f9e5d880583d6b1a8fc5909f53245eb6.jpg

Une rue paisible et bourgeoise un peu comme Wisteria Lane. Une jolie maison dont l’intérieur est superbement ordonné, agencé et où sans doute il y fait bon vivre le tout noyé dans une musique fifties entraînante. Tout respire le bonheur et la quiétude d’un foyer. Ensuite, on quitte le salon pour se rendre dans la cave où le propriétaire Harold Thompson arrose d’acide le corps d’un vieil homme placé dans une baignoire.

C’est ainsi que débute Family (Une famille recomposée) le nouvel épisode signé John Landis pour la saga Masters of Horror. Et tout tournera ainsi autour de cet Harold magnifiquement interprété par George Wendt et de sa volonté de recréer une petite famille. Enfin en parlant de petite famille entendons-nous il s’agit en fait de squelettes bien nettoyés, les os remontés, habillés et affublés d’une perruque. On a la petite fille, l’épouse, le grand-père et la mamy. Tous enlevés, séquestrés, arrosés d’acide et remontés pièce par pièce.

Et tout allait bien dans la vie d’Harold avant que ne débarque un couple de nouveaux voisins sympas dont l’épouse semble intéresser au plus haut point notre dingue de service. L’envie est trop forte et déjà dans sa tête se trame un plan machiavélique…

A l’inverse d’Argento tout respire la joie de vivre et donne cette fausse impression de calme. Mais chaque famille a ses secrets et une certaine tension est entretenue tout le long du film grâce à des indices distillés par le réalisateur pour mieux nous embrouillés et nous emmener vers une fin incroyable au revirement scénaristique prodigieux !

John Landis nous raconte magistralement son histoire et semble apprécier de se jouer de nous et de nous voir à la fois certains, hésitants, interrogatifs et puis… bluffés.

Les acteurs sont tout simplement parfaits, l’atmosphère est tendue et la photo est agréable. Pas beaucoup de gore ici car franchement inutile. Le réalisateur du Loup Garou de Londres a préféré la sobriété et la retenue pour mieux nous avoir à la fin comme une bonne farce. Bien malin celui qui découvrira la fin avant tout le monde…

Ma note: 9/10 

11/12/2007

The Tribe

2f482d28283c382d07b5389ce887e9a0.jpg

Et voici le dernier cocktail maison de chez After Dark Films. Prenez un peu de « Lost », de « Calme Blanc »,  de « Wrong Turn », de "Cannibal Holocauste" et enfin de « Predator » et vous avez The Lost Tribe. L’histoire d’un bateau avec de jolies nanas et de jolis bad boys qui s’échoue sur une île où sévit un cannibale d’une autre ère et oublié du monde civilisé. A noter la présence de Lance Henriksen!

La bande annonce est quelque peu agaçante (on crie, on court, on crie, on court…) mais pourquoi pas?

10/12/2007

Jennifer Love Hewitt

D’origine Allemande et Italienne, Jennifer Love Hewitt a 29 ans et est loin d’être inconnue du grand public. Issu de la série La vie à cinq, elle devient l’héroïne du slasher assommant Souviens-toi… l’été dernier en 1997 et du 2 en 98. Depuis 2005 elle joue le rôle de Melinda entre deux mondes.

ff435e9977a9fedb1ac70e0fc473e17b.jpgca9f79aa50b7209b4ce78ef07cd1ee51.jpga2f8a56f6871bc85ef9c093771051cee.jpg6d08bd3fe6f06466c9df1d789504fc5b.jpg

09/12/2007

Masters of Horror 2: Pelts

47985ecdcf2045aefbdf084453707376.jpg
Je n’ai pas pu attendre plus longtemps je l’avoue. Que dire ? Un Dario Argento dans ce coffret Masters of Horror ça vous trotte dans la tête inlassablement et donc… vous succombez.

Enthousiasmé par le Jenifer de la saison 1 c’est avec impatience que vous abordez ce Pelts. L’histoire d’un créateur/vendeur de manteau en fourrure qui tombe par hasard sur des peaux de raton laveurs de qualité et de beauté uniques. Trop belles et trop uniques justement ! Car derrière celles-ci se cache une malédiction qui tue via d’atroces mises à mort quiconque les caresse.

Dans la peau de ce créateur un Meat Loaf ayant retrouvé un rôle digne de son talent depuis Fight Club, c’est dire comme il est sous-utilisé. Personnage abject que ce Jake Feldman amoureux fou d’une strip-teaseuse au corps parfait et idéal selon lui pour porter ce manteau unique lors du prochain défilé.

Et c’est parti pour 60 minutes de tension, de suspens et surtout de scènes gores absolument dégoûtantes. Jugez plutôt : un home pris de folie se découpe la peau du ventre au ciseau tout en se vidant les entrailles dans une frénésie incroyable, un autre qui se suicide en plongeant sa tête dans un piège à loup ou encore une couturière qui meurt étouffée après s’être cousu elle-même les yeux, le nez et la bouche. Heinhein…

Cette campagne cinématographique anti-fourrures nous plonge ainsi dans un délire superbement orchestré par le maître Argento, sans limites, sans tabou bref un film osé et irrévérencieux comme on les aime le tout plongé dans une atmosphère hautement érotique. Le tout condensé dans un épisode respectant parfaitement les 60 minutes demandées à l’inverse de Jenifer où l’on restait quelque peu sur sa fin.

S’imaginer que ce film fut diffusé sur une des plus grosses chaînes américaines est tout simplement impensable de par chez nous sauf via les chaînes cryptées. On avait refusé de diffuser un Miike de la première saison car jugé trop violent mais très franchement celui-ci est d’une extrême horreur. Ça tombe plutôt bien !

Ci-joint un des passages les plus hard de l’épisode ! Attention âmes sensibles…

Ma note: 8/10 

07/12/2007

The Masters of Horror: The Damned Thing

c1a925232d5bc7449c4971c5bcec19cd.jpg

c6c8a4c8b80ee81f72bb4021229ff375.jpgAaaah les fêtes, les anniversaires… Que d’occasions de recevoir multitude de cadeaux judicieux. C’est déjà le cas pour moi avec le box de la saison 2 des Masters of Horror. Merci à ma douce donc ! Gâté hein ?

Bref on commence donc avec l’épisode 1 de cette série américaine qui pour rappel comporte 13 short films de 60 minutes réalisés par les plus grands réalisateurs de films d’horreur actuels. Une sorte de Quatrième Dimension en plus gore.

Et c’est Tobe Hooper qui ouvre le bal avec Les forces obscures (The Damned Thing). Une histoire tarabiscotée dans laquelle un sheriff (Sean Patrick Flanery empâté), traumatisé par un drame survenu dans une enfance pourtant idyllique, constate que sa ville ne tourne plus très rond et que la haine pervertit soudainement les cœurs des habitants. Une force maléfique recherche sa prochaine victime.

Tourné dans le Sud si cher à Hooper, le film nous offre quelques scènes bien gores et douloureuses (un père de famille éviscéré, un dingue qui se suicide à coups de marteau dans la tronche ou encore la moitié d’une jolie nana après accident) et heureusement on va dire !! Car en dehors de ces scènes pimentées… RIEN ! Avec l’ami Tobe on devait s’y attendre compte tenu de la multitude des navets proposés depuis plus de vingt ans. Mike Garris (créateur de la série) est plutôt mal inspiré de faire encore appel à ses services mais bon que voulez-vous Chainsaw reste sa carte de visite.

Le film est long, trop long ! Un comble quand celui-ci fait… 60 minutes ! Les acteurs sont insipides, peu charismatiques à l’image d’un Flanery en fonctionnaire Wallon se réveillant péniblement pour la pause café.

Dommage une nouvelle fois donc car les budgets sont là. A décharge de Tobe Hooper le scénario écrit par le fils de Matheson se tient sur un confetti et ne permet en rien de créer un film d’horreur digne de ce nom. Heureusement, l’épisode suivant réalisé par John Landis semble mieux engagé…

Ma note: 4/10 

06/12/2007

Beyond The Rave

de853886c9214761eb7842427a376218.jpg

Est-ce le succès de 30 Days of Night : blood trails diffusé souvenez-vous sur Fearnet.com qui a donné des idées à la Hammer Films mais toujours est-il que ceux-ci vont bientôt faire de même avec une nouvelle saga de vampires intitulée Beyond The Rave. Réalisée par Matthias Hoene (inconnu pour l’heure) cette série de 20 web épisodes possède néanmoins un casting intéressant avec notamment Nora-Jane Noone (The Descent), Sebastian Knapp (28 Days later), Jamie Dornan (Marie-Antoinette) ou encore Les Simpson (Dog Soldiers).

L’histoire n’est pas folichonne : Ed, soldat en Irak, veut profiter de ses dernières heures sur le sol anglais en recherchant son meilleur ami Necro vu pour la dernière fois lors d’une rave organisée dans une forêt par des vampires menés à la baguette par un dénommé Melech. Mais bon ça il ne le sait pas encore notre gugusse hein.

Le site est en construction mais quelques images et un teaser étrange nous donne un peu l’eau (sang ?) à la bouche. A vous de voir…

05/12/2007

Teeth: chaque rose a ses épines!

e1d6b931380cb57decd8ce2052f4f1a0.jpg

Messieurs attention à votre virilité car ce film risque de faire mal, très mal !

Dawn est une jeune fille qui pour combattre sa sexualité naissante fait partie du groupe le plus stricte en chasteté du collège. A moins que ce ne soit pour cacher son terrible secret celui d’une jeune fille au… vagin denté ou vagina dendata en référence à une ancienne mythologie castratrice et vengeresse.

Cette particularité anatomique nous donne un film où humour et horreur semblent faire bonne recette. Dans les cinémas américains en janvier 2008. Quid chez nous ?

04/12/2007

Anatomie

d0bb8c3b8477c0e8c115f3d5d6bf232e.jpg

Heidelberg en Allemagne. Paula Henning ( Franka Potente), jeune et ambitieuse étudiante en médecine découvre des choses troublantes à propos des cadavres provenant des salles d’autopsie réservées aux étudiants.

Ceux-ci étaient-ils bien morts quand on les a disséquer ?

Après une scène d’ouverture répugnante, le film est lancé une fois l’arrivée des étudiants dans la célèbre université. L’ambiance est froide voire glaciale, glauque et terriblement inquiétante. On navigue entre d’une part le complot universitaire et la paranoïa d’un Thesis et d’autre part l’horreur froide et scientifique d’un Deodato dans Hostel. Le médecin-chef du bâtiment d’autopsie aurait pu jouer dans ce dernier tant son regard glacial ne reflète rien d’autre que la mort.

Tout y est pour vous scotcher à votre fauteuil et vous dégoûter à coups d’images fortes. Imaginez un individu ouvert du cou au pubis et vider de ses organes les uns après les autres et ce tout en restant vivant mais dans l’incapacité de réagir. Les plus chanceux d’entre eux iront alimenter le musée de corps. Ceux-ci proviennent-ils du Professeur Gunther Von Hagens qui réalisa, souvenez-vous des expositions à travers le monde avec ses cadavres « anatomiques » parfaitement conservés selon le processus de plastination. Quand on sait qu’il fut professeur à Heidelberg….

e57b0ab91dfd7e9132d2ba12d96e8b31.jpeg

Quant à Franka Potente elle y est une nouvelle fois éblouissante même si moins à son avantage physiquement que dans Creep. Elle était même à deux doigts de se faire prendre la vedette par Anna Loos, autre star en Allemagne et véritable bombe sexuelle au QI (QI j’ai dis !!) élevé et dont sa mise à mort est tout simplement "estomacante". Et je ne vous parle même pas de ce que l’on fait de son corps !!

Que dire alors de Benno Fürmann en étudiant complètement barje aux yeux couleur métallique et sans pitié. Sa prestation rend convaincante et crédible l’histoire proposée.

Bref un film passionnant malgré une deuxième partie un peu plus faible avec un scénario original et bien ficelé et aux effets spéciaux tout simplement saisissants.

Ma note: 8/10