Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/11/2007

La porte des secrets

7a4010c6d4af56d1421b6d7b17aa3d8d.jpg

Diffusé dimanche sur Cine Cinema Premier, La porte des secrets (The Skeleton Key (2005) est une nouvelle occasion de se replonger dans l’atmosphère particulière du Bayou de la Louisiane. Fort courtisé par le cinéma d’horreur pour cette particularité, ce coin envoûtant du Dixieland ne nous a pas pour autant toujours offert des réussites. Le dernier en date, The Reaping, est justement là pour en témoigner. Aurions-nous droit à une resucée du Vaudou ? Et bien non on ne parlera pas cette fois-ci de cette religion animiste mais plutôt du hoodoo sorte de magie noire très en vogue au pays des cajuns.

Caroline Ellis, est engagée par l’avocat d’un vieux couple (les Devereaux), pour venir s’occuper en tant qu’infirmière du vieil homme, terrassé par une crise cardiaque et retrouvé dans son grenier. Que se cache-t-il dans ce grenier c’est ce que Caroline veut savoir sachant que c’est là que se trouve l’explication du mal qui ronge Ben Devereaux.

19347d2816b210a69b3f6b4f089df794.jpgAccompagné d’une musique à la Moby, le film fait la part belle aux images bien cadrées et somptueuses du Bayou. Auteur du surprenant K-Pax, Iain Softley parvient très vite à installer une atmosphère très particulière emprunte de chaleur lourde, d’orages incessants, de présences fantasmagoriques, de non-dits ou encore d’isolement. Le couple interprété par les légendes que sont John Hurt et Gena Rowlands est énigmatique et inquiète terriblement. Petit à petit Caroline (si mignonne Kate Hudson) investigue et commence tout doucement à prendre conscience du terrible mensonge qui règne à l’intérieur de cette villa du Sud. Sera-t-il trop tard ?

Disons-le tout de suite, ce film vaut surtout pour son final haletant et son retournement de situation tout simplement génial. Avant cela nous avons droit à une histoire traditionnelle de revenants, de silences sur un mystère familial dont il faut taire l’horreur et de portes qui claquent, de courants d’air maléfiques et j’en passe. Du déjà vu n’est-ce pas ? Il n’empêche Kate Hudson et son joli minois arrive à nous captiver (certes elle a des arguments indéniables mais bon…) mais néanmoins on restera sur sa faim en raison du manque d’épouvante du film. On ne sursaute pas, on est pas glacé d’effroi tout au plus sommes-nous intrigué par l’issue finale…

Un film sympa donc, au scénario très original écrit par Ehren Kruger (ah ?) déjà auteur du génial Arlington Road et The Ring, habituée donc des secrets ténébreux de famille. Et puis un film qui intègre dans son générique un petit morceau d’Elvis ne peut pas être une daube hein ?

Ma note: 6/10 

20/11/2007

Rovdyr: le Wolf Creek Norvégien?

842769bc724615e5c54a92ebfd4964cb.jpg

L’Allemagne, l’Espagne ou encore la France possèdent, c’est désormais bien connu, un cinéma de genre de très grande qualité qui souvent n’a pas grand-chose à envier au cinéma US. La Norvège viendrait-elle s’ajouter à celle liste européenne grâce à la sortie prochaine du film Rovdyr ?

Réalisé par un digne inconnu du nom de Patrik Syversen, ce film raconte la même éternelle rengaine à savoir une bande de jeunes qui décident de passer des vacances dans les forêts norvégiennes isolées et bien sombres. Mal leur en prennent puisqu’ils se voient pourchassés comme du gibier. Notre ami réalisateur se dit influencé par les Chainsaw (ben tiens) tout en voulant ici apporter une touche bien Norvégienne.

La bande annonce laisse présager en effet de la redite mais la petite musique "Wait for the Rain" empruntée du film « La dernière maison sur la gauche » annonce directement la couleur. Nouveau Wolf Creek ou omelette Norvégienne ?

00:05 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Rovdyr, horreur, gore

19/11/2007

Jessica Alba

Depuis le début de sa création Cinegore s’attache chaque semaine à présenter une jolie demoiselle appartenant à la famille des Scream Queen. Assurément, Jessica Alba ferait partie du top 5 de nos pin-up.

Cette très jolie Américaine de 26 ans possède des racines mexicaines, françaises et danoises. Comment, avec un tel mélange, ne pas arriver à une créature aussi belle ?

De ses petits rôles dans Flipper et autres sitcoms viendra la consécration avec la série Dark Angel. La porte ouverte pour des production hollywoodiennes importantes : Sin City, Les 4 Fantastiques, Bleu d’enfer et Awake.

Voici une galerie très, très mais alors très succincte de la bellissime.

c3e06785273c63e6d6a46f17a4f21d0c.jpg247963758c59712e72d17bd1cc094641.jpg034a9314b5e082cf4f7f8bffaa5fe777.jpgd7bd7d77194db60c6aabe33f61a22787.jpg845755a29d2f69b204dbe88a7caa8b5e.jpg66ee48b00c8e00e28d57bc1f641c2d1c.jpg

17/11/2007

Halloween: ma critique

2294e2c21f59efa5edc967ba7a933784.jpg

Voilà c’est fait ! Enfin, j’ai eu la possibilité d’aller voir le Halloween de Rob Zombie et mon attente hystérique en valait franchement la peine autant vous le dire de suite. Dieu sait ce que j’en ai entendu de toutes les couleurs concernant ce remake de notre ami Zombie et il était donc temps de me faire ma propre opinion fort proche d’ailleurs de mon camarade du web Allan.

Je ne vous ferai pas l’affront de vous refaire le spitch de l’œuvre mythique de Carpenter. Le prequel du film étant totalement crédité Rob Zombie on y retrouve ici la griffe du désormais maître du genre. On apprend ainsi que Mike Myers était un enfant psychopathe fasciné par la mort et expérimentant déjà son coup de bistouri sur de pauvres animaux. Le jeune Michael, interprété magistralement par un Daeg Faerch inconnu, ne connaît pas la vie bourgeoise de ses voisins mais plutôt les moqueries de ses camarades d’école et de sa propre famille. Sa mère courageuse (délicieuse Sheri Moon) est stripteaseuse notoire permettant ainsi de subvenir aux besoins de sa petite progéniture (trois enfants) et d’un compagnon alcoolique et violent. Terreau propice pour alimenter la maladie mentale du gosse qui n’en demande pas mieux pour assouvir ses pulsions la nuit d’Halloween. Commence alors une série impressionnante de meurtres sadiques, violents comme seul Robbie arrive à nous offrir ces dernières années. Baston à la batte de base-ball et poignardant à tout va notre jeune psychopathe ne s’interdit rien et dans une superbe mise en scène s’offre une soirée démoniaque, appréciant observer la mise à mort de sa famille sauvegardant à la fin Laurie Strode bébé. Les tentatives désespérées de fuite de ses victimes semblent exacerber l’envie de sang et de meurtre de l’enfant qui s’amuse dans un jeu du chat et de la souris dérangeant et affreusement cruel le tout masqué comme il se doit.

Emprisonné à Smith’s Grove, Michael Myers est suivi par un célèbre psychopathe et oui… le Dr Loomis interprété par un Malcolm MacDowell ressuscité.

Son évasion, 15 ans plus tard, est à l’image de cette première partie de film c’est-à-dire impressionnante et violente mais cette fois-ci orchestrée par un Myers surpuissant et gigantesque à l’image d’un Michael Clarke Duncan dans la Ligne Verte.

Commence ensuite véritablement le remake où on sent notre Rob Zombie étrangement cadenassé entre un scénario qui n’est pas de lui et la volonté de rendre hommage à un autre maître du genre. C’est ici que la plupart des critiques fusillaient l’œuvre de 2007 et très franchement je m’en étonne encore… Oui on y perd la folie créatrice de Zombie, son goût de la mise en scène délicieusement lourdingue et innovante, mais on assiste quand même à une interprétation personnelle de l’œuvre et donc à un Halloween craspeque, ultra gore aux lumières et cadrages savamment étudiés et à une mise en scène digne de l’originel. Ce Myers ne possède plus cette démarche robotique agaçante mais plutôt une agilité et une force hors du commun. Son masque a lui aussi évolué mais en plus terrifiant encore.

La course poursuite avec Laurie enfin retrouvée ne diffère pas beaucoup de ce qui est déjà fait dans les films de ces dernières années mais il y a cette patte magique de Rob Zombie qui rend tout cela indéniablement génial et beau visuellement.

On pourrait en parler pendant des heures de cette œuvre, disséquer des séquences entières, comparer à l’infini les deux œuvres mais il ne fait aucun doute que nous avons avec ce Halloween 2007 un nouveau chef d’œuvre de Rob Zombie. Que cela fait du bien d’avoir ENFIN un réalisateur de cette envergure pour les années 2000…

Ma note: 9/10 

16/11/2007

Remake de Vendredi 13 en vue!

adeda34196c7ae67aaa1d23c511877f7.jpg

Après Chainsaw, Amityville, The Hitcher, Halloween, The fog et j’en passe tellement voici annoncé le remake de Friday The 13th ! C’est Marcus Nispel, déjà l’auteur du remake de Tobe Hooper, qui devrait s’en charger. En soit, vu la qualité de son Chainsaw, on peut être rassuré quelque peu mais quelque peu seulement. Mais enfin pourquoi Vendredi 13 ? Même pas possible ici d’en faire un prequel compte tenu du scénario même si on ne peut jurer de rien…

Et donc attendez-vous à voir débarquer sans doute fin de l’année prochaine un Jason Voorhees tout neuf.

00:10 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jason voorhees, gore, horreur

15/11/2007

"ILS"

66e51636abafdc870a1f66fbe01392b6.jpg

C’est avec stupéfaction que je me suis rendu compte hier que depuis le début de mon blog en février je n’avais toujours pas écrit une critique sur le film « ILS ». Comment passer à côté de cette merveille de tension et de suspens diffusé sur nos grands écrans un peu dans l’anonymat et ayant reçu cependant un très joli succès d’estime et ce jusqu’au pays de l’oncle Sam. Je vous l’annonçais hier, les deux réalisateurs, David Moreau et Xavier Palud, ont depuis reçu la possibilité de réaliser à Hollywood le remake de The Eye.

Réalisé en 2006, « ILS » raconte l’histoire d’un couple de français expatrié et vivant en Roumanie dans une ancienne demeure retirée. Un soir, alors qu’ils viennent de se mettre au lit, d’étranges bruits et évènements surgissent au-dehors de la maison. Ou bien viennent-ils de l’intérieur…?

Ce film sans grand budget s’attache au début du film à nous présenter les difficultés que rencontre ce couple sympathique et amoureux dans un pays inconnu et vivant dans un lieu très reculé. L’isolement total et déjà on craint le moindre malheur qui pourrait survenir. La scène d’ouverture nous met d’ailleurs dans l’ambiance via une mère et sa fille tombant en panne sur une route isolée et assaillie de cris et de sons bizarres provenant tout au tour de l’extérieur de la voiture.

8c59d5ce5694ac0295dcda1e7c2f5331.jpg

« ILS » est sans doute un des films d’angoisse les plus maîtrisés de ces dernières années. Un film qui vous met au défit de ne pas trembler, sursauter voire crier. La mise en scène est très efficace et ne vous laisse pas souffler la moindre seconde. Cet isolement oppressant et dominant accentue encore plus l’angoisse que l’on ressent pour ce couple remarquablement interprété au demeurant par Michaël Cohen et surtout la pétillante et mignonne Olivia Bonamy. Ce sont eux qui au final nous font peur à travers un jeu d’acteur irréprochable. La tension qui se lit dans leurs yeux pourrait presque nous faire croire la réalité de l‘histoire. D’ailleurs, inutilement je trouve, la production trouve malin d’annoter l’affiche de la célèbre ritournelle : « basé sur des faits réels ». Aucune recherche documentaire ne m’a permis de vérifier l’authenticité ou non de ce fait divers.

L’issue du film est tout simplement bouleversante offrant ainsi une des fins les plus marquantes du cinéma d’angoisse tout simplement.

Pour éviter la critique dithyrambique de ce film je n’ai qu’un seul mot : foncez le voir!!

Ma note: 10/10 

 

00:05 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : "Ils", horreur, gore

14/11/2007

Décès d'Ira Levin, auteur de Rosemary's Baby

04f6a374f182179222b071371e33d961.jpg

L'écrivain américain Ira Levin, l'auteur du thriller Rosemary's Baby réalisé par le metteur en scène Roman Polanski en 1968, est décédé ce lundi 13/11 de causes naturelles à l'âge de 78 ans, a annoncé mardi le New York Times.

 
a0609e338f95cbd6d492807f1adb5a12.jpgJe me souviens très bien de ce roman new-yorkais palpitant de bout en bout racontant l’histoire d’un couple qui emménage dans un nouvel appartement appelé le Dakota Building du Manhattan's Upper West Side. Pour l’anecdote c’est justement devant ce building qu’allait décéder John Lennon. Si tout se passe admirablement bien les premiers temps tout semble changer après la rencontre de leurs drôles de voisins. Viol démoniaque, hallucinations, fantôme, paranoïa et culte satanique sont au programme. Une tension allant crescendo pour terminer sur un rebondissement hallucinant.

Mia Farrow, en plein divorce avec Sinatra, y est tout simplement excellente en jeune épouse naïve prenant conscience qu’elle est manipulée. Son mari interprété par un John Cassavetes abandonnant brièvement la réalisation pour le coup est lui aussi convainquant. Son envoûtement, son ensorcellement progressif se lit très bien dans son interprétation agressive et autoritaire.

L’occasion également de revoir l’actrice Ruth Gordon abandonnée aux seconds rôles marquants dans les années 70 : Kojak, Columbo mais surtout, surtout son rôle de Ma Boggs dans Every Which Way but Loose aux côtés de Clint Eastwood. Souvenez-vous de ses jurons et de ses majeurs dressés. Aaah les seventies !!

Quant au film de Polanski c’est un pure produit de la « magic touch » seventies avec les couleurs criardes, le grain pelliculaire un peu flou et la sonorisation symptomatique de l’époque. La lancinante et troublante berceuse qu’on entend de temps en temps dans le film est en partie chantée par Mia Farrow elle-même.

Les scènes oniriques du film sur le bateau d’Onassis ou encore la scène de viol avec le diable sont des moments forts du film.

En conclusion on peut dire que l’adaptation cinématographique de Polanski fut très réussie même si on peut regretter un manque d’audace dans le final. Une œuvre devenue majeure dans la cinématographie fantastique, un must, un incontournable.

Ma note: 8/10 

Jessica Alba plus présente que jamais!

Double actualité pour l’actrice sexy Jessica Alba. En effet, elle sera bientôt à l’affiche de deux films d’horreur/thriller. Le premier, The Eye sortira bientôt aux Etats-Unis tandis que le deuxième est encore en période de montage mais déjà la superbe et originale affiche est en ligne.

ae2a2376e3b53cf480658e4dc65c8ede.jpg

0e8445a0647a6a6b72f941ab4731723e.jpgThe Eye n’est ni plus ni moins que le remake du film des frères Pang aux critiques mitigées. Le film raconte l’histoire qui, à la suite d'une transplantation de la cornée, est assaillie d'étranges visions. Elle se lance alors sur les traces du précédent "propriétaire" de ses yeux... Les réalisateurs français, Xavier Palud et David Moreau, ne sont pas des inconnus du cinéma européen puisque ce sont eux qui réalisèrent le génial « Ils » qui marcha très fort chez nous et que je vous conseille plus que vivement. Visiblement l’appel d’Hollywood fut plus fort que tout et ils ont bien raison.

Quant à Awake, le scénario du film est plutôt corsé et original jugez-en plutôt : un jeune homme, soutenu par son épouse aux intentions douteuses (Jessica pour ceux qui n’auraient rien compris) souffre de problèmes cardiaques et doit subir une transplantation. Cependant, durant l'opération il est victime d'une "anesthésie consciente", c'est à dire qu'il est réveillé et tout à fait conscient de la situation mais son corps reste paralysé. Pour échapper à la douleur, il réussit l'exploit de départager son esprit de son corps... Interprété par le ténébreux Hayden Christensen la bande-annonce est nerveuse et laisse inaugurer un film à forte tension…

00:05 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jessica alba, gore, horreur

13/11/2007

The Rage

5f0714ee48eb1664f09b4329e2e10062.jpg

Un film qui fait parler de lui outre Atlantique est le film The Rage du réalisateur Robert Kurtzman (Wishmaster et Buried Alive). Un film gore où des mutants infectés d’un virus issu du laboratoire du Dr Vasilienko se retrouvent à la recherche de viande fraîche. Ca ne vole pas haut mais la bande annonce est plutôt intéressante et gore comme je les aime jugez-en vous-même sur le site officiel du film ici

00:05 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the rage, gore, cinegore

12/11/2007

Jessica Custodio

Allez après une semaine Halloween éreintante on reprend ses bonne vieilles habitudes et autant vous l’avouez tout de suite je suis un peu fainéant aujourd’hui et donc je ne me suis pas beaucoup foulé. Mais le résultat est là… superbe ! Jessica Custodio a à son actif, outre … un joli sourire, un épisode dans Charmed et un rôle dans Zombie Strippers.
Jolie non ?

3a7d23a4d899c6e4c88f65ebc58cad3c.jpg479f5dd8fa46f69cf7ddc5191c850e42.jpg8c75e541fe59f2fd98725107e58a7815.jpgb6523623cba88cbe3141a459cb8844f5.jpg