Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/04/2008

The Ruins

 6593caa4a8c018bd8d404de3f6ac9373.jpg
Détenteur en 2006 du prix du meilleur court-métrage au festival de Sundance avec Bugcrush, Carter Smith nous revient avec le film d’horreur inspiré du best-seller de Scott Smith The Ruins, genre qu’il n’avait pas encore abordé jusqu’alors.

Quatre jeunes touristes partent à la recherche d’un temple maya inconnu du grand public et se retrouvent encerclé au pied du temple par des locaux n’hésitant pas à descendre le premier qui tenterait de s’échapper. Obligés alors de rester au sommet de la pyramide maya ils découvrent que le sanctuaire est recouvert de plantes carnivores…

Dès les premières minutes on retrouve évidement les éternels clichés du genre avec les pépées bien roulées, les beaux gosses de chez 3 Suisses tous égarés dans un lieu inconnu et dans l’impossibilité d’appeler des secours. Originalité du scénario cependant : le monstre végétal rampant et amateur de chair fraîche. S’infiltrant dans le moindre orifice (du calme c’est pas un Marc Dordcell version bobo hein), la plante semble comme douée d’une intelligence prédatrice, capable également de reproduire des sons (si, si) ou de s’emparer du moindre cadavre. Le résultat, pour peu que l’on rentre dans l’histoire, est efficace et offre des scènes étonnantes et repoussantes. Amputations, mutilations et, mmmmm on y revient, pénétrations sont au programme de ce The Ruins classique dans la trame narrative (on pense d’ailleurs souvent au paradis terrestre de Turistas), parfois faussement naïf (« Cinq américains qui se perdent ça se remarque quand même ») mais terriblement efficace par moment via une tension permanente due en partie à cet ennemi inconnu et sournois d’un nouveau genre.

Dans des décors paradisiaques paradoxalement, une nouvelle fois, l’enfer n’est pas loin pour ces beaux gosses d’une génération américaine dorée, insouciante, arrogante et trop sûre d’elle interprétée ici par des acteurs confirmés de la scène américaine : Jonathan Tucker déjà vu dans Chainsaw 2003, Jena Malone dans Into The Wild ou encore Laura Ramsey dans Venom.

The Ruins ne s’écarte pas donc pas trop de ses nombreux rivaux du genre, présentant les mêmes ingrédients rentables du box office mais présente néanmoins un suspens efficace, des scènes d’un gore parfait et au final un film sympa qui mérite le coup d’œil.

Ma cote: 6/10 

Commentaires

15h35 largement dépassé...je peux souhaiter bonne anniversaire le blog ;-()
putain...déja un an que tu tiens ton blog et que tu publie tout les soir ~00h05...

Wohaw...

Et t'auré pu faire un petit truc spécial...posté un classic en vidéo...ou un petit making off sur le choix des notes...lol

C'est vrai que je me demande souvent comment tu choisi les films qui seront les prochains ?? Est-ce que tu choisis par rapport a ce ke tu regarde...ou est-ce aléatoire ??

Écrit par : Benkho | 19/04/2008

Les commentaires sont fermés.