Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/01/2008

Terror Train (1980)

5c3f1973cb2ffccff4ef2ab3a8e7f315.jpgUne classe d’étudiants en médecine emprunte un train touristique pour fêter le réveillon du Nouvel An. Parmi eux un meurtrier bien décidé à trucider une bande de joyeux copains durant le voyage. Un train sans moyen de communication extérieure et filant dans des contrées isolées.
Voilà un scénario tout ce qu’il y a de plus simple et de plus classique. À Roger Spottiswoode de mettre tout çà en chantier avec un minimum d’originalité. Pari réussi puisque déjà le casting nous offre la merveilleuse présence de Jamie (The Body) Lee Curtis deux ans après Halloween (1978) et juste après The Fog (1980). La plus célèbre Scream Queen de tous les temps rempile donc pour ce troisième film d’horreur de sa jeune carrière. Toujours aussi mignonne, elle apparaît très vite à l’époque comme une évidence pour Daniel Grodnik lui-même qui écrivit tout simplement cette histoire en souhaitant transposer Halloween dans un train.
L’autre présence remarquée du casting est celle de David Copperfield himself. Déjà véritable star de la télévision américaine à l’époque avec ses émissions de magie, Spottiswoode pensa tout naturellement à lui pour ce rôle de Ken le magicien intriguant voire inquiétant chargé d’occuper ces étudiants un peu éméchés grâce à ses petites tours de passe-passe.
Après les sempiternelles blagues à deux balles de nos universitaires et les ritournelles gnangnan du style le tabac donne le cancer (c’est vrai !), j’ai une copine lesbienne (hi !hi !hi !… c’est vrai aussi) et l’alcool c’est dangereux (c’est vrai ? Pffffff m….), l’intrigue s’installe tout doucement et le suspens avec. Déjà la scène d’ouverture à l’université où une blague d’étudiant idiote (pléonasme) provoque la mort dramatique et spectaculaire d’un élève donne le ton très vite.
Les morts s’accumulent à travers des scènes parfois pimentées (mais parfois hein) et les nanas, toutes plus sexy les unes que les autres, animent de leurs plus beaux atouts la majeure partie du film. Les nostalgiques des seventies apprécieront les jolis costumes d’époque ainsi que la musique d’accompagnement tandis que les autres bâilleront sur le (déjà) maniérisme agaçant de notre ami David-les-mains-virevoltantes.
Mais faisant outre de tout cela il faut bien reconnaître que Terror Train reste une réussite presque trente ans après. Cette tension palpable vous entraîne toujours autant dans ce suspens intemporel parfois Hitchcockien via une mise en scène remarquable qui à aucun moment ne morfond le spectateur. Seul regret peut-être l’identité du meurtrier est trop vite décelable du moins pour les habitués du genre.
Le peu prolifique Roger Spottiswoode, auteur du très bon James Bond Tomorrow Never Dies (1997) ou encore Air America (1990), nous offre donc une œuvre devenue classique dans la filmographie de Jamie Lee et du slasher en général et qui pour l’information devrait connaître un remake un peu plus gore d’ici peu.

Ma cote: 7/10 

Les commentaires sont fermés.