Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/01/2008

Death Proof

0447644cb316fa50bbc158c3b6979ed8.jpg

Ouvrir pour la première fois le DVD d’un Tarantino c’est toujours jouissif et on ne cesse de le retourner, de le palper et de le retourner et de le repalper jusqu’au moment où votre moitié vous lance : « bon alors c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?! ». On introduit le DVD dans le lecteur, on écoute la petite musique automatique, on passe les avertissements et autres bandes-annonces agaçantes et puis… on démarre. Et là pas intérêt qu’un pote vous sonne, que votre bébé décide d’écourter sa nuit ou encore qu’une panne de courrant interrompe le tout sous peine de péter les plombs.

Surtout que le grand Quentin vous captive dès les premières secondes par un plan fixe sur une belle paire de pieds à faire frémir les fétichistes. Ensuite les jolies naïades se succèdent dans un échanges de dialogues sans intérêt mais hilarants. Tandis qu’au loin le vrombissement d’un bolide sorti tout droit des seventies à tête de mort peint sur le capot semble déjà porteur d’un terrifiant présage. A son bord, Stuntman Mike, ancien cascadeur et psychopathe killer à ses heures. Il décide de prendre en chasse (dans un duel rappelant étrangement un autre de 1971) ces ladies et prépare déjà une mise à mort aussi implacable qu’elle sera incroyablement terrifiante et gore. Ici pas de couteau, de tronçonneuse ou autre hache mais plutôt un bolide démoniaque qui ferait pâlir de jalousie la Christine de Carpenter.

Une scène, une seule, risque de rester gravée à jamais dans les annales du cinéma de genre en raison de sa complexité, de ses prises de vue mais surtout en raison de cette vision d’impact meurtrier et sanglant. Un crash frontal ou un enfer des tôles tordues maculées de sang. Histoire de nous rappeler que cette réalité sordide sévit chaque jour sur nos routes.

Une nouvelle fois Tarantino nous offre une œuvre esthétiquement superbe qui alterne les moments de candeur subversive à travers des échanges verbaux sans fin et ensuite des moments choc qui vous laisse pantois, réalisant avec peine les images vues. Les effets de vieillissement de la pellicule au début du film et la cadrage particulier se veulent un hommage aux séries B des années 70 et au système d’exploitation Grindhouse, ces salles de cinéma qui projetaient des doubles programmes déjantés entrecoupés de fausses bandes-annonces. Et en matière de culture cinématographique seventies notre ami Quentin en connaît un rayon et adore utiliser les techniques des sous-genres comme la blaxploitation, les westerns spaghetti ou encore les figures de style à la De Palma.

On est d’ailleurs étonné à un moment donné de voir dans les courses poursuites de Death Proof des voitures contemporaines tentant d’éviter les bolides nous rappelant que nous sommes bien en 2007 et non en 1975.

Et puis il y a le casting. On connaît l’amour des acteurs de Quentin Tarantino et surtout des Gueules du cinéma peu, plus ou très connues du grand public. Il y eu Bruce Willis, De Niro, Samuel L. Jackson, Michael Madsen et maintenant Kurt Russel himself, l’acteur fétiche de Carpenter. En Stuntman Mike, affublé d’un blouson de cascadeur vif argent il est tout simplement époustouflant passant du salaud sans pitié au pitoyable repenti.

Comme victimes nous avons les filles de comme Jordan Ladd (fille de Sheryl-drôle de dame-Ladd) et Sydney Tamiia Poitier (fille de Sydney) mais aussi une Rosario Dawson et Vanessa Ferlito tout simplement magnifiques. Sans parler d’Eli Roth et Tarantino en personne présents eux aussi dans le film.

Mais parler de Death Proof c’est d’abord et avant tout pour le génial réalisateur Américain l’occasion de rendre hommage aux meilleurs cascadeurs du monde présents dans son film et notamment Zoe Bell aussi bonne actrice qu’elle est cascadeuse. Et croyez-moi ce qu’elle arrive à faire accrochée au capot de la voiture à plus de 120 km/h est tout simplement phénoménal.

Une nouvelle œuvre gigantesque de Tarantino qui décidément ne connaît pas l’échec…

Ma note: 10/10 

Les commentaires sont fermés.