Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/12/2007

Saw IV: la critique

bbc14b2553f1202999617fc37546b68f.jpg

Nous voici presque à la veille de Noël et comme chaque année depuis quatre ans maintenant la tradition nous balance un Saw qui se veut toujours plus gore que le précédent. Une saga devenue mythique à l’instar d’un Freddy Krueger mais qui épisode après épisode semble marqué le coup.

C’est donc avec inquiétude mais vierge (quoi ??) de toute influence due aux nombreuses critiques négatives qui pleuvent sur ce Saw IV que je me suis rendu au cinéma du coin pour en avoir enfin le cœur net.

Et là j’ai déjà un problème ! Le script me demanderiez-vous ? Tout commence avec l’autopsie très réaliste de Jigsaw et déjà une première surprise du chef : une cassette audio repêchée dans l’estomac du tueur en série. Et blablabla… que la partie commence !

Aaah ben c’est qu’on voudrait bien jouer avec Jiji nous mais voilà on pige quedale ! Car après cette mise en bouche pourtant encourageante commence le début d’un éprouvant et lancinant imbroglio de références (ceux qui n’auraient pas vu les trois premiers oubliez celui-ci), d’indices, de messages, de flash-back et j’en passe. Bref au bout d’une demi heure vous ne savez déjà plus qui vous êtes, où vous êtes et ce que vous êtes venu faire dans cette salle obscure.

Certes il y a toujours un petit piège à torture Made in Jigsaw pour pimenter et surtout réveiller ceux qu’on a perdu en route mais même cela ne suffit plus. La surenchère des précédents volets changeait la donne et exigeait très vite un changement de ton sous peine de tuer la poule aux œufs d’or. Et bardaf notre Darren Lynn Bousman en vrai cow-boy du Kansas plonge tête première dans ce piège à cons et nous offre ce que tout le monde redoutait : une daube !

C’est simple plus rien ne fonctionne ! C’est le sourire en coin qu’on assiste aux investigations de flics pas très fut fut qui n’ont toujours pas compris avec qui ils avaient affaire et qui foncent donc sans réfléchir dans les pièges tendus par notre Jigsaw international. Tout ce qui a été utilisé précédemment comme twist final revient une nouvelle fois sur la table et provoque l’indigestion de trop.

Oui l’image est toujours belle et bien cadrée, oui l’originalité des pièges ne faiblit pas (la scène du scalp et celle des couteaux offrent leurs petits frissons habituels) et oui il y a toujours autant de litres de sang qu’un rayon de couleurs Levis au Brico. Mais désolé le bluff ne fonctionne plus et l’overdose est atteinte. Mais qu’on est loin du Saw de 2004 de James Wan ! Sans nul doute désormais, Saw V prévu l’année prochaine sera le coup de grâce du matador Bousman qui achèvera la bête…

Attention Darren car le public a déjà compris avant toi qu’il ne suffit plus de jeter dans l’arène des tripailles en pâture pour allécher les spectateurs du stade. Celui-ci déjà se lasse et cherche autre chose…

Ma note: 4/10 

Les commentaires sont fermés.