Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/12/2007

Masters of Horror: Family

f9e5d880583d6b1a8fc5909f53245eb6.jpg

Une rue paisible et bourgeoise un peu comme Wisteria Lane. Une jolie maison dont l’intérieur est superbement ordonné, agencé et où sans doute il y fait bon vivre le tout noyé dans une musique fifties entraînante. Tout respire le bonheur et la quiétude d’un foyer. Ensuite, on quitte le salon pour se rendre dans la cave où le propriétaire Harold Thompson arrose d’acide le corps d’un vieil homme placé dans une baignoire.

C’est ainsi que débute Family (Une famille recomposée) le nouvel épisode signé John Landis pour la saga Masters of Horror. Et tout tournera ainsi autour de cet Harold magnifiquement interprété par George Wendt et de sa volonté de recréer une petite famille. Enfin en parlant de petite famille entendons-nous il s’agit en fait de squelettes bien nettoyés, les os remontés, habillés et affublés d’une perruque. On a la petite fille, l’épouse, le grand-père et la mamy. Tous enlevés, séquestrés, arrosés d’acide et remontés pièce par pièce.

Et tout allait bien dans la vie d’Harold avant que ne débarque un couple de nouveaux voisins sympas dont l’épouse semble intéresser au plus haut point notre dingue de service. L’envie est trop forte et déjà dans sa tête se trame un plan machiavélique…

A l’inverse d’Argento tout respire la joie de vivre et donne cette fausse impression de calme. Mais chaque famille a ses secrets et une certaine tension est entretenue tout le long du film grâce à des indices distillés par le réalisateur pour mieux nous embrouillés et nous emmener vers une fin incroyable au revirement scénaristique prodigieux !

John Landis nous raconte magistralement son histoire et semble apprécier de se jouer de nous et de nous voir à la fois certains, hésitants, interrogatifs et puis… bluffés.

Les acteurs sont tout simplement parfaits, l’atmosphère est tendue et la photo est agréable. Pas beaucoup de gore ici car franchement inutile. Le réalisateur du Loup Garou de Londres a préféré la sobriété et la retenue pour mieux nous avoir à la fin comme une bonne farce. Bien malin celui qui découvrira la fin avant tout le monde…

Ma note: 9/10 

Les commentaires sont fermés.