Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/11/2007

Halloween V

4d813b851d98e14cffddcc8b706e5627.jpg
  e22bd67892c9de308df671c110b5e7a3.jpg

Tout comme les deux premiers épisodes, un an sépare le Myers 4 et le Myers 5. Le film fut réalisé en 1989 par le suisse ( ?)Dominique Othenin-Girard auteur de « Sandra, c’est la vie » ou « Florian – Liebe aus ganzem Herzen » pour la TV !!! Hein ? Oui je sais !!

On reprend les mêmes et on recommence. On se souvient de la fin rocambolesque du 4 où on se demandait comment les scénaristes allaient se sortir du m.. dans lequel ils s’étaient fourrés. Tout simplement en imaginant un lien télépathique entre la petite Jamie Lloyd (toujours interprétée par la toute mimi et talentueuse Danielle Harris) et notre Mike Myers international.

Celui-ci s’étant enfuit du puit dans lequel il fut projeté sous une pluie de projectiles reprend son expédition punitive à la recherche de sa nièce.

Le Dr Loomis, plus fou et obsédé que jamais, est toujours tenu par un Donald Pleasence pourtant transparent et pour la première fois décevant.

Il n’empêche nous avons toujours droit à nos minettes et nos bad boys (les Ben de l’île de la Tentation quoi !) échaudés batifolant à tout va et à une scènes olé olé toujours aussi pudique. Notre Michael (prononcez à la Prison Biesse hein !) décidément séduisant dans son p’tit bleu de travail nous repasse la palette des armes blanches dans la plus pure tradition du slasher.

Et là c’est long, mais long !! J’en baille encore. Et vas-y que je suis là ! Ah ben non chuis plus là ! Si chuis là ! Non plus là ! Et ainsi de suite pendant les deux tiers du film. Les scènes de meurtres sont originales mais on ne voit rien ! Mais alors rien ! Amateurs de gore bonjour l’ennui !

Et je ne vous parles pas des deux flics crétins qu’on se coltine au milieu du film et qui heureusement pour nous (vive Michael !!) se font trucidés dans leur propre bagnole ! Mais quels cons !!

Le seul réel intérêt du film réside dans les deux scènes de face à face entre d’une part Loomis et Myers et d’autre part entre Jamie et notre monstre. Pour une fois on assiste à une certaine « humanisation » du mythe et ce déchirant « Mais tu es mon oncle » de la petite Jamie lancé à Myers qui l’espace d’un (court) instant semble désarçonné.

c570128200986a70fd1ff3ab7714a48f.jpg

Enfin, Mike s’évade pour la ixième fois avec l’aide d’un (totalement) parfait inconnu qui porte de jolies Santiags (si, si) nous rappelant par là que nous sommes bien dans les années 80…

Bref, ce film provoque une cassure nette dans la qualité de la saga Halloween. Le film est ennuyant car trop long et les effets utilisés pour les trois autres opus ne parviennent plus à surprendre et soulever notre intérêt. C’est dommage pour Donald Pleasence qui semble bien fatigué et Danielle Harris promise à l’époque à un bel avenir. Les quelques jolies donzelles se promenant en petite culotte durant le film ne parviennent pas à nous émoustiller et nous piquons du nez désespérément avant la fin du film…

Ma note: 5/10 

00:05 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Halloween 5, horreur, gore

Les commentaires sont fermés.