Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/10/2007

Vorace

93b6f4c6c11bb13a73d71e725e16a797.gif

Découvert sur une liste reprenant les cent meilleurs films des dix dernières années (1996-2006) publiée par la rédaction du Mad Movies, je me suis donc acharné sur E-bay pour l’acquisition du DVD.

Totalement passé inaperçu lors de sa sortie ce Vorace (Ravenous, 1999) réalisé par Antonia Bird est un grand film très interpellant et injustement snobé. Les scènes vous trottent longtemps encore dans la tête et avec délectation on s’y replonge sans modération.

Moitié du 19ème siècle, un fort avancé se situant dans une chaîne montagneuse américaine, gardé par une petite poignée de soldats, accueille un rescapé du froid, famélique et terrifié. Remis d’aplomb il narre les évènements survenus dans une grotte où six individus fuyant la neige et le froid se retrouvent coincés dans cette antre sans nourriture pendant plusieurs mois. Commence alors un rituel cannibale pour survivre…

Ce scénario très Nietzschéen se base sur une ancienne légende indienne qui raconte que celui qui mange la viande de son ennemi mange également son âme et sa force.  

A travers de superbes paysages, le film lorgne admirablement vers le cinéma d’aventure, le western et évidement le film d’horreur. Ne franchissant jamais franchement la barrière du genre choisi comme pour laisser le spectateur prendre ce qu’il souhaite. Le casting est très solide avec un Robert Carlyle (acteur fétiche de la réalisatrice) et un Guy Pearce tous deux époustouflants bien secondés par des acteurs comme David Arquette ou encore Jeffrey Jones. Celui-ci nous offre d’ailleurs quelques tirades humoristiques (« Il a du mettre trop de Bourbon dans son Bourbon ») bien distillées.

En définitive, la théorie Nietzschéenne imposée par le cannibale à l’origine du carnage est bottée en touche par la rédemption du héros malheureux n’adhérant ainsi pas à la philosophie douteuse de ce gourou dont les discours ressemblent furieusement à ceux du Colonel Kurtz d’Apocalypse Now.

Bref un film cannibale impeccable aux scènes parfois bien gores et s’appuyant sur un scénario superbement écrit et accompagné d’une très lancinante et jolie musique de Michael Nyman. Si ce n’est déjà fait foncez acheter ce film vous n’y perdrez pas au change…

Ma note: 9/10 

00:05 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Vorace, gore, horreur

Les commentaires sont fermés.