Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/05/2007

Alejandro Amenabar

6fe55b84f0c2450398c09d165490fdf9.jpgPour clôturer aujourd’hui notre semaine espagnole, Cinegore vous présente le troisième et dernier réalisateur qui cartonne en Europe comme aux Etats-Unis, chef de fille de ce cinéma d’épouvante espagnol à succès j’ai nommé Alejandro Amenabar.

Né en 1972 à Santiago du Chili, Alejandro Amenabar arrive très jeune en Espagne où il s'installe à Madrid. Adolescent, il intègre la Faculté des Sciences et de l'Information à l'Université Complutense de Madrid dans laquelle il ne brille pas. Après quelques échecs scolaires, le jeune homme décide de se lancer dans le cinéma.

Après avoir réalisé deux courts métrages remarqués intitulés Himenoptero et Luna, il remporte son premier succès commercial en 1996 avec le thriller Tesis, un premier long métrage sur l'univers trouble des snuff movies, qui fait l'ouverture du Festival de Berlin dans la section Panorama et remporte cinq Goya, les récompenses cinématographiques majeures en Espagne.

Auréolé de prix, Alejandro Amenabar enfonce le clou en 1998 avec Ouvre les yeux. Ce Thriller fantastique naviguant entre rêve et réalité devient rapidement l'un des plus gros succès du cinéma espagnol de tous les temps et révèle l'acteur Eduardo Noriega, déjà à l'affiche de Tesis. Le film va même jusqu'à séduire Hollywood, qui en fait un remake en 2001, Vanilla sky, avec Tom Cruise en vedette. A noter que c'est Amenabar lui-même qui signe les musiques de ses films.

Hollywood ne pouvait rester indifférent devant le talent du cinéaste. En 2001, âgé d'à peine 28 ans, Alejandro Amenabar se lance dans la réalisation de son premier film en langue anglaise, la fable fantastique Les Autres, produit par Tom Cruise et dans lequel il dirige Nicole Kidman. Deux ans plus tard, il change radicalement de registre avec Mar adentro, où il raconte le combat de Ramon Sampedro, incarné par Javier Bardem, tétraplégique ayant combattu vingt-neuf ans pour le droit à l'euthanasie.

 

df23ef0ccf16d65ac65b494c2b73e921.jpg

 Là où un Joël Schumacher a magistralement échoué Alejandro Amenabar réussit parfaitement avec moins de moyens. Traiter un sujet comme le snuff movie n’est pas aisé tant celui-ci reste tabou, obscur et faisant partie des légendes urbaines non avérées. Cependant Amenabar réussit subtilement, doucement à nous faire entrer dans ce thème sans paraître ridicule et a donner une crédibilité dérangeante. Pas de gore exagéré, le réalisateur espagnol préférant jouer dans la suggestion. Les acteurs espagnols sont talentueux paraissant parfois inquiétants ou rassurants selon les détours géniaux du scénario. Amenabar allait d’ailleurs confirmer grâce à un The Others terrifiant. A l’instar d’un Mute Witness de Anthonny Waller le film dérange et inquiète à souhait. A voir absolument !

Ma note: 7/10

 

 




178b3549f8f4f54cabdc1c1a75430385.jpgPas besoin d’être Shyamalan pour trouver des rebondissements finaux déroutants. The Others nous offre un de ces finals les plus originaux de ces dernières années. Alors que l’on pense regarder un film de fantôme classique, Amenabar nous gratifie d’un scénario terrifiant, complexe et nous retourne comme une crêpe de façon magistrale. L’interprétation de Nicole Kidman est encore une fois époustouflante accompagnée pour une fois de jeunes acteurs au devenir intéressant pour le futur. Un film « victorien », brumeux, sombre et à l’atmosphère so british. Une des plus belles réussites de film d’ambiance de ces dernières années pour ma part.

 

Ma note: 9/10

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.